Cursus

Le programme de l’école se déroule, depuis la rentrée 2018, sur trois années.

Il est structuré en sessions construites sur un principe d’alternance entre une immersion dans une grande technique/esthétique de la danse moderne (durant quatre semaines en première année) suivie d’un temps de « déconstruction / reconstruction » (durant environ deux semaines en première année), qui constitue un « tremplin créatif » ou une phase « d’exploration » du matériel étudié.

Les artistes chargés des sessions de « déconstruction/reconstruction » sont invités à partir des concepts, des principes chorégraphiques, des éléments de vocabulaire ou de syntaxes chorégraphiques étudiés durant la première phase, à engager un processus créatif avec les étudiants.

La structuration de la deuxième année du DNSPD reprend le principe de déconstruction / reconstruction, mais les rapports s’inversent avec des sessions patrimoniales plus courtes et des enchainements plus complexes.

La troisième année vise à favoriser l’insertion des étudiants et à développer leur autonomie. Dans le prolongement des deux années précédentes le premier semestre est construit à partir du concept de « Patrimoine versus Création », c’est aussi une période privilégiée de tournée des pièces au répertoire créées les deux années précédentes.

Au second semestre, les étudiants sont invité à entrer dans la vie professionnel sous la forme d’un stage de 8 semaines ainsi qu’à réaliser un projet chorégraphique en autonomie.

 
Le programme pédagogique DNSPD : orientations générales

Le programme pédagogique du CNDC conduisant au DNSPD vise à accompagner l'élève dans la maîtrise et la compréhension fine de différentes techniques de danse moderne ainsi que des fondements de la danse contemporaine, il met l'accent sur une approche à la fois pratique, créative et théorique. Tout au long du cursus, les connaissances de l'étudiant sont construites progressivement ainsi que de manière cohérente et complémentaire au travers des différentes approches proposées.

Un aspect essentiel de la pédagogie au CNDC consiste dans l’apprentissage croisé de techniques issues de la danse moderne et contemporaine. Le choix d'enseigner les fondements de la danse moderne dans une formation de danse contemporaine constitue une pierre angulaire de l’école. En effet, leur cohérence structurelle et artistique forme un très utile corpus d’étude fondé sur certains types de corps, de techniques et de styles qui vont de pair avec des courants esthétiques, des processus et des œuvres. Cette approche permet aux danseurs d’accéder à la connaissance, l’histoire et la philosophie de leur art et d’en acquérir les savoirs propres en les ayant - au travers de diverses expériences théoriques et pratiques - identifiés, analysés et éprouvés.

Interpréter des répertoires (des chorégraphies entières ou des extraits) prolonge la formation. L'étude de ce patrimoine confronte les étudiants avec un vocabulaire chorégraphique de premier ordre, les aide à acquérir une meilleure compréhension des méthodes de composition spécifiques à une période et à un artiste. Elle leur fournit aussi une réelle expérience d'interprétation. Le CNDC veille à ce que les ateliers de répertoires soient toujours enseignés par des danseurs qui ont interprété les œuvres ou par des notateurs à partir de partitions disponibles.

Simultanément, grâce à la pratique du yoga et de l’analyse fonctionnelle du corps dans le mouvement dansé (AFCMD), les étudiants apprennent à gérer les risques liés à une pratique professionnelle de la danse ce qui contribue en partie à la longévité de leurs carrières.

Les ateliers d’improvisation et de composition proposent de nombreuses voies pour organiser le matériel chorégraphique étudié, le structurer, le transformer. Le danseur étudiant acquiert ainsi à partir d’une base ou d’un « modèle » une autonomie progressive qui lui permet de concevoir librement des morceaux personnels selon ses aspirations. Les travaux individuels des étudiants sont essentiels dans les ateliers. Les étudiants danseurs doivent être en capacité de proposer une interprétation originale du matériel qu’ils travaillent et disposent de nombreuses opportunités pour développer leurs projets dans les locaux du CNDC.

La technique  vocale prolonge le travail corporel développé durant le cursus.

Les présentations du travail des étudiants au public sont nombreuses : ouvertures publiques, interprétations de répertoire, créations, travaux personnels.

Nous souhaitons également faciliter l’insertion des étudiants en les préparant à une carrière durant laquelle il leur sera possible de s’affirmer en tant qu'artistes confirmés ou d’évoluer, si nécessaire, vers d’autres horizons professionnels.

L’appréhension de l'environnement socioprofessionnel des artistes chorégraphiques tel que décrite dans le référentiel d’activité professionnelle du danseur fera l’objet d’une attention particulière. Il s’agit d’aider les étudiants à construire leur parcours professionnel - notamment en les informant de l’environnement socioprofessionnel de leur métier -, de les préparer à être non seulement des artistes mais aussi des acteurs de la danse en mesure de s’inscrire professionnellement dans leur environnement. Cet aspect de la formation vise aussi à les aider en cas de reconversion choisie ou subie. Cette partie des études sera portée conjointement par le CNDC et l’Université d’Angers dans le cadre de la licence.

 
Partenariat avec l’Université d’Angers

La licence

L’université d’Angers en collaboration avec le CNDC a mis en place une licence parcours Culture, patrimoine et tourisme option danse qui prend en compte une importante partie des apports pédagogiques et ECTS du DNSPD et les complète par d’autres UE pour la licence. Le parcours se déroule parallèlement à la formation au DNSPD. L’originalité de cette licence réside dans son positionnement particulier, qui la distingue des autres filières spécialisées en Arts du spectacle : autant que des artistes, elle vise à former des professionnels polyvalents, particulièrement appréciés dans les sociétés artistiques et culturelles. Dans cette perspective, elle offre aux étudiants une formation articulée sur deux axes : une connaissance approfondie de l’art chorégraphique ainsi que des connaissances spécialisées en organisation, gestion et management.

Tout au long de leur formation, un aménagement de l’emploi du temps est mis en place pour permettre aux étudiants d’aller suivre les cours spécifiques à la licence sur le campus de l’université et le cursus DNSPD dispensé au sein du CDNC.

Le statut étudiant

Les étudiants bénéficient des mêmes avantages que tous les autres étudiants de l’Université : logement universitaire, restaurant universitaire, SUMPPS - service universitaire de médecine préventive et de promotion de la santé, possibilité de bourses, programmes Erasmus, etc.

Présentation de la formation sur le site de l'Université d'Angers

Évaluations

Les modalités d’évaluation sont précisées dans le livret de formation.

Equipe pédagogique

L’équipe pédagogique permanente du CNDC est composée de  :

• Robert Swinston, directeur de l’école
• Claire Rousier, directrice-adjointe de l’école
• Marion Ballester, directrice pédagogique

Anne Rey, Directrice adjointe à l’enseignement et à l’insertion professionnelle de l’université d’Angers, est coordonnatrice des études.

Enseignements

Le cursus de l’école supérieure est composé de 7 unités d’enseignement :

UE1. Apprentissage techniques et langages de la danse
UE2. Interprétation
UE3. Connaissances corporelles et théoriques. Analyse fonctionnelle du corps dans le mouvement dansé
UE4. Culture chorégraphique et générale
UE5. Préparation au métier de danseur
UE6. Professionnalisation
UE7. Mise en situation professionnelle

Chacun des deux diplômes –DNSPD et licence – représente l’acquisition de 180 ECTS (European Credit Transfer System), soit un niveau licence 3 dans l’organisation LMD de l’enseignement supérieur européen. La répartition des ECTS à l’intérieur de chaque cursus varie selon les enseignements.

Partenariats

Le CNDC a développé un réseau partenarial national et international afin de favoriser les échanges entre étudiants et enseignants. Les écoles et universités concernées sont la Folkwang Schüle (Essen, Allemagne), La Manufacture de Lausanne (Suisse), l’école des sables (Toubab Dialaw – Senegal), fondation Royaumont (France), CNSMD (Paris, France).

Les échanges Erasmus ont lieu dans le cadre d’accords bilatéraux entre l’université d’Angers et les universités étrangères.

Par ailleurs, le Pont Supérieur, pôle d’enseignement supérieur spectacle vivant Bretagne - Pays de La Loire, et le CNDC ont souhaité collaborer autour de projets concernant la musique, la danse et le théâtre. Le Pont Supérieur est le partenaire régional pour le développement et la potentialisation des relations entre les parcours de danseur-enseignant (DE) et de danseur-interprète (DNSPD).