Johann Maheut

France

C’est donc cela que nous faisons

du 20 au 24 février 2012
Studio des Abattoirs - CNDC - Angers

 

Multistabilité et double contrainte

Au centre du processus de travail avec l’ensemble de l’équipe, je pose les concepts de multistabilité et de la double contrainte.

En science cognitive, la multistabilité est la propriété d’un système qui est ni stable ni totalement instable et fait le plus souvent référence à des motifs visuels ambigüs dont l’interprétation est multiple, variable.

Pour ma part, j’interprète ce phénomène de la multistabilité comme le paradigme de ma (nos) vie(s). Force est de constater que j’ai, je suis, nous sommes plusieurs «histoires» en une, continue. Chacune de ces histoires possède en son sein plusieurs autres histoires, avec elles-mêmes elles aussi plusieurs cycles et sous-cycles, plusieurs rythmes, plusieurs manières qui leur sont propres d’être au monde : le surgissement, la linéarité, la simultanéité, la boucle, la chute ou l’abandon etc...

Dans le champs de la perception visuelle le motif multistable est souvent une forme géométrique statique, qui pourtant s’anime par l’hallucination qu’elle provoque dans le regard de celui qui la contemple. Elle suggère des paradoxes : monter et descendre en même temps, se rapprocher et s’éloigner, vide et plein, noir et blanc etc...

Nous naissons, nous mourrons.

Entre ces deux pôles, nous vivons malgré nous sous le régime de la double contrainte.

La double contrainte exprime le paradoxe de deux (ou plusieurs) injonctions contradictoires : l’obligation de chacune contenant une interdiction de l’autre.

Cette tension conduisant à l’impossibilité d’agir, une des solutions pour sortir de ce «cadre paralysant» est la dissociation mentale, qui implique de se mettre dans une position d’observateur ou méta-position par rapport à la relation.
Une méta-position implique la capacité à se trouver à l’extérieur ou au-delà de soi-même, regardant non seulement ses propres actions mais également ses interactions avec d’autres personnes, comme si on regardait un film ou une vidéo.

Un autre moyen d’extérioriser cette ambivalence consiste à se laisser traverser simultanément par ces injonctions, à fabriquer de toutes pièces, la relation impossible, monstrueuse.

 

Télécharger le dossier de présentation