Les étudiants du CNDC en création avec Claude Brumachon



En 1988 très précisément, le CNDC d’Angers opère une bipartition dans le cursus de formation de ses étudiants en deux ans. Quant aux options esthétiques, les professeurs et chorégraphes américains tendent subitement à se raréfier (tout autant qu’il n’est pas nécessaire que l’enseignant dans une technique d’origine américaine soit lui-même américain). Et la première année est dorénavant dévolue à un enseignement très éclectique sous forme de cours et d’ateliers, quand la seconde est axée sur la création de pièces confiée à des chorégraphes invités, puis à leur tournée, plongeant les étudiants directement dans un format d’activité para-professionnelle. Cela à un moment où le marché de la production et de la diffusion de la Nouvelle danse française connaît une croissance exponentielle.

Les chorégraphes invités dans ce cadre sont, pour la plupart, représentatifs de cette nouvelle scène hexagonale, hormis quelques ouvertures ponctuelles vers des artistes belges, britanniques, ou autres. Par exemple en 1988, les étudiants angevins travailleront avec Myriam Hervé-Gil, Pierre Doussaint, Pierre Droulers et Claude Brumachon. Avec ce dernier, ils créeront La complainte du Gerfaut (ici à l’écran dans un moment de répétition).


La complainte de Gerfaut / création 1988


chorégraphie Claude Brumachon



interprétation Alfred Alerte, Marion Ballester, Christine Charles, Gilles Grillo, Marion Levy, Marito Ollson Forsberg, Dominique Porte



musique Christophe Zurfluh