Villa-nuage / création 1981



[intégrale]

 

En même temps que l’école supérieure qu’elle vient diriger au CNDC d’Angers à partir de 1981, Viola Farber fonde une nouvelle compagnie européenne. A l’inverse de New-York, elle espère une large reconnaissance, mais n’y parviendra pas pleinement. D’un engagement qui impressionne, la chorégraphe américaine créera pas moins de neuf pièces en deux ans, ne pouvant se contenter de transmettre son répertoire américain éprouvé, aux six interprètes français que compte sa compagnie de dix membres.

 

Villa-Nuage intrigua les critiques américains qui purent la voir, et y perçurent une tentative de composer avec les qualités de théâtralité des danseurs européens, étrangères à la tradition de l’abstraction moderne américaine. L’extrait choisi montre une répétition. Donc sans costume, et avant un plein aboutissement des caractères, on peut déjà noter dans les gestes mêmes une charge marquée d’expressivité : arrêt sur des poses, accentuation des modulations et inflexions du modelé des gestes, miniaturisation décorative dans les ports de bras et effets de mains. Des attitudes de genres, masculin et féminin, sont franchement investies, et cela tranche avec la neutralité asexuée habituellement caractéristique de l’abstraction américaine.

 

 

enregistré à Angers, au théâtre Beaurepaire

 

chorégraphie Viola Farber

 

interprétation Michael Cichetti, Didier Deschamps, Anne Koren, Chantal De Launay, Joël Luecht, Mathilde Monnier, Sylvain Richard, Claire Verlet

 

musique Michel Portal interprétation Carole Anderson, Michel Portal, Henri Texier, Yuminara

 

lumières Claude Noël

 

costumes François Garotte, Mine Barral-Vergez

 

réalisation CNDC Angers