Vincent Dupont

France

Sans titre

Du 22 au 30 novembre 2010

 

Notre espace d'expérimentation se réduit chaque jour un peu plus. Dans un mouvement (le dernier ?) de réaction face au formatage et notamment celui du corps à l'image, je désire questionner sa représentation la plus permanente : l'image télévisuelle.

Le corps est sous verre, comme dans une vitrine. Séparé de nous, il fait  partie de ces objets, comme enfermés, que nous regardons dans leur fixité rassurante.

Rien ne bouge, rien ne change réellement, tout se ressemble.

Je souhaite, en plaçant le corps d'une danseuse à cet endroit exactement, dans cet espace sous verre au format de l'image télévisuelle (16/9), tenter de redéfinir ses capacités.

En respirant au mieux dans ce volume réduit, le corps éprouvera ses dimensions contre les parois de verre pour se jeter dans cette tentative de déplacement.

Avant que nos forces s'amenuisent, que notre volonté s'épuise et que notre corps se fige définitivement.

Vincent Dupont

 

Vincent Dupont - France

November, 22 – 30 2010

Sans titre (Untitled)

Our space for experimentation seems to grow smaller every day. In a (final?) reaction, an action in the face of contemporary formatting, notably that of the body and the image, I wish to question its most permanent representation: the television image.

The body will be under glass, as if in a store window. Separated from us it is one of the objects, as if closed in, which we gaze at in its reassuring steadfastness.

Nothing moves, nothing really changes, it all looks the same.

I would like to place the body of a female dancer in this exact spot under glass, visually using the same format as a television image (16/9), attempting to redefine her capacities.

Breathing as well as it can in the reduced space, the body will sense fully its dimensions against the glass walls, propelling itself into movement.

Before our strengths diminish, our will fades away and our bodies are forever frozen.

Vincent Dupont