S.E.S.A.


Une création de l’École supérieure de danse contemporaine Angers avec les étudiants de la formation d’artiste chorégraphique

Conception \ conception : Alain Buffard

Avec les étudiants de la Formation d’artiste chorégraphique \ with students from Dance Artist Programme : Aina Alegre Valls, Asli Bostanci, Pauline Brottes, Pia Campos, Armelle Dousset, Amandine Etelage, Charlie Fouchier, Hugo Giordano, Cosima Grand, Maëva Lafitte, Pauline Le Marchand, Adrien Lizé, Xin Yun Lu, Benjamin Sehili, Betty Tchomanga, Elsa Wöss
Conception lumière\ light design Alain Buffard

Costumes \ costumes : Misa Ishibashi assistée de \ assisted by : Aurélie Kerbiquet
Lumières : Nicolas Diaz

Avec l’équipe pédagogique, technique et administrative du CNDC \ with CNDC’s pedagogical, technical and administrative team

Production \ production CNDC Centre national de danse contemporaine Angers

Durée  \ length : 40 minutes

Le CNDC a confié au chorégraphe Alain Buffard la création d’une pièce de groupe pour les 16 étudiants de la formation d’artiste chorégraphique.

CNDC commissioned french choreographer Alain Buffard for a group piece for the dance artist programme.

((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((((

création au théâtre Le Quai à Angers les 25 et 26 mai 2009 en double programme avec Newark/re-worked de Trisha Brown dans le cadre de SCHOOLS, Rencontres internationales des écoles de danse du 25 au 29 mai 2009 puis tournée en juin 2009

S.E.S.A. a été présenté en tournée à la National School of Contemporary Dance, Copenhague, le 7 juin 2009 ; au Theatro Piccolo dans le cadre de la biennale de Venise le 20 juin 2009 et à Lausanne, dans le cadre de Plateforme, Nouvelle génération d’interprètes, organisé par le Marchepied, les 27 et 28 juin 2009.

S.E.S.A. was on tour on june 7, 2009 at the National School of Contemporary Dance, Copenhague ;  june 20, 2009 at Teatro Piccolo within Biennale de Venise and june 27, 28, 2009 at Lausanne within Plateforme, organized by Marchepied, New generation of performers.

))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))

Il y a une multitude de différences et de diversités de puissances de vie, et c’est l’horizon à partir duquel je souhaite travailler avec les seize danseurs du CNDC. Seize autres, seize subjectivités, seize histoires, seize cultures, seize danseurs à l’aube de leur carrière artistique. Pour accueillir, accepter et travailler avec l’autre, faut-il pouvoir reconnaître la complexité des facteurs et des influences qui nous forgent et s’autoriser à interroger nos étrangetés, ainsi peut-on imaginer ouvrir des espaces de liberté pour soi et avec l’autre. La liberté, c’est sentir que nous agissons et que nous sommes dans la capacité d’être agis ; parmi les choses qui m’agissent personnellement et me font agir, il y a la colère, une colère sociale, politique, une colère contre les présupposés de toutes sortes. Parmi les motifs que je veux agiter avec ces seize autres jeunes personnes, c’est leur poser cette question : qu’est-ce qui vous met aujourd’hui en colère et qu’est-ce que vous en faites ; autrement dit, comment je peux la médiatiser et la transformer. Une stratégie d’émancipation du sujet assujetti.

Alain Buffard

La dernière arme
Ils traversent le plateau en diagonale, apparaissant et disparaissant, seuls, par deux ou trois. Ils sont (op)pressés ; ils n’ont que quelques secondes pour boutonner leur chemise blanche et ajuster leur mini-kilt ou leur jupe plissée. Tous sont coiffés de perruques colorées, semi-coniques ou cylindriques, telles des hennins ou des cervelières de fer, mono ou bi-cornues. Ils sont seize en fait. Maintenant ils marchent en scandant un rythme martial avec un pied de micro transformé en fusil. Maintenant ils se mettent à chanter « Au régiment peu importe d’où l’on vient/Si l’on marche si l’on marche tout va bien » (in « La Chanson des Canons » de Bertolt Brecht) ou à dire en chœur, en anglais et à plusieurs voix « Mon fusil c’est mon vrai copain. Lui c’est ma vie. Il faut que je maîtrise mon fusil comme il faut que je maîtrise ma vie » (Prière du fusil, in « Full Metal Jacket » de Stanley Kubrick). Mais qu’est-il arrivé à ce pseudo-régiment complètement retourné de la perruque ?

Lorsque Alain Buffard rencontre « les Seize de la F.A.C.», il leur propose de créer avec lui la matière de S.E.S.A. (Stratégie d’Emancipation du Sujet Assujetti). Ils cherchent, improvisent, expérimentent, et co-écrivent une partition, animés par un seul questionnement: comment transformer la colère ? Oscillant entre des tableaux violents et des tableaux burlesques — des aberrations de la discipline aux séances de déguisement à bride abattue — S.E.S.A met en espace et en mouvement un ensemble de symboles, de signes, de connotations et de gestes choréo-théatraux, armée d’humour. Pour nommer cette colère qui devrait nous servir non comme chef, mais comme soldat.

Cécile Faver

The last weapon
They cross the stage on the diagonal, appearing and disappearing, alone, in two’s or threes. Seemingly (op)pressed for time, they have but a few seconds to button their white shirts and adjust their mini kilts or their pleated skirts. Each one ‘coiffed’ with coloured, semi conical or cylindrical wigs that resemble medieval wimples or metal helmets with one or two horns.

There are sixteen in fact. Now they march, stressing a military rhythm, microphone stand transformed into a rifle. Now they begin to sing “in the regiment, no matter where we come from/if we march, if we march everything will be fine ” ( song of the canons, Bertolt Brecht) or as a chorus they say with multiple voices “ My gun is my true friend, he is my life. I have to look after my gun appropriately, as I look after myself ”. (Prayer of the rifle in Stanley Kubricks Full Metal Jacket). But what has become of this pseudo regiment turned inside out by their wigs?

When Alain Buffard met the sixteen students of the Formation Artiste Choreograph he proposed that they create with him the material for the piece S.E.S.A. (Strategy of Emancipation of the Subject Subjugated). They researched, experimented and co-created one score animated by one sole question ; how to transform anger ? Oscillating between scenes of violence, scenes of burlesque – the absurdity of discipline the acting out of physical punishments that restrict movement.

S.E.S.A. creates in space and in movement through a collection of symbols, signs, connotations and gestures of choreographed theatricality, an army of humour that names the anger that may serve us not as the chief but as the soldier.

Cécile Faver