Cie Clinamen - Gaëlle Guéranger

Tressage

 

du 7 au 16 octobre 2014
du 16 au 20 mars 2015

« En avril 2014, je me suis entourée de livres, musiques, et autres images, de souvenirs et éclats du quotidien afin de nourrir la nécessité intérieure de la pièce qui arrive. Creusant sans cesse les conditions d’émergence d’une danse possible, ou plus largement d’un acte artistique au regard du monde qui m’entoure, je m’appuie sur L’origine de la danse de l’écrivain Pascal Quignard pour lancer les premiers battements de ce nouveau projet, et je lis :

Sainte Thérèse a écrit qu’au début de ses transes elle avait coeur de « bien faire » et que là résidait son péché. Le péché de Sainte Thérèse consistait à songer au regard que les autres pouvaient porter sur elle. Or, songer au regard des autres, chercher à bien faire, […] c’est oublier Dieu. Un jour, Sainte-Thérèse arriva au réfectoire en marchant à quatre pattes, un licol passé à son cou, tirée par une soeur. Les autres soeurs se moquèrent et alors, tout à coup, tandis qu’elle essuyait leurs quolibets, elle vit Dieu […] se tenir près d’elle tandis qu’elle marchait à quatre pattes sur le dallage du réfectoire du couvent. Et plus elle perdait son honneur […] et plus elle était heureuse.

A travers la figure de Thérèse, je m’intéresse à l’acte de libération, à l’origine de la création artistique, à l’émancipation des corps… Se défaire du regard de l’autre, du regard de son propre milieu afin de trouver sa manière singulière d’être au monde, d’être dans la foi, ou sur une scène. Dans mon cheminement scénique, je m’appuierai sur différents ouvrages, lirai peut-être certains extraits, m’en échapperai, y reviendrai, finirai par les oublier pour les glisser dans le corps. J’utiliserai certaines images, tableaux, un souvenir de spectacle ou gestes du quotidien. Enfin, j’userai de toutes les matières possibles pour créer une tresse entre une liberté de l’être qui se questionne chaque jour, l’origine de la création artistique, et le geste de danse. »

Août 2014, Gaëlle Guéranger

 

Gaëlle Guéranger

Née en 1980, elle étudie le cinéma au lycée au Mans, puis le théâtre l’université de Paris VIII, obtient un Deug en théâtre, et joue notamment dans Hamlet Machine mis en scène par Laurent Sauvage en 2000 au TGP de Saint-Denis, avant de s’orienter plus particulièrement vers le champ chorégraphique.

Elle étudie la danse contemporaine auprès de Brigitte Asselineau, Sophie Lessard, à l’école du RIDC, suit des stages, des séminaires et laboratoires de recherches entre danse et théâtre avec Nicole Mossoux et Patrick Bonté, autour de la musicalité de l’interprète avec Nadine Abad, en théâtre avec Michelle Kokosowski, sur l’exploration d’une danse in-situ avec Laurent Pichaud, autour du travail d’Anna Halprin avec Anne Collod.

Son cheminement artistique est également façonné par sa rencontre avec Daniel Dobbels et de la Cie de L’entredeux dont elle suit le travail entre 2001 et 2005 en résidence à L’Espal au Mans. Elle danse dans les créations Quand on retient son souffle en 2002, et Au-delà le temps manque en 2003, et mène avec Daniel Dobbels une série d’expériences chorégraphiques au Mans et à Paris autour d’un projet de solo.

Elle développe entre 2000 et 2007 une complicité artistique avec la chorégraphe Anna Fayard/Cie Vertugadin autour de différents projets mené au Mans et ailleurs. Assistante pour le projet Soli en 2003 et 2004, elle interprète le solo About créé à L’Espace Pluriels de Pau en 2005, et repris au Mans en 2006 et 2007. Elle participe également comme danseuse à la création de la performance Je cherche celui créée pour le foyer de L’Espal au Mans en 2001, ou encore dans Sonates en 2007. Elle est assistante pour L’in-su d’elle, création pour des amateurs de danse à L’Espace Pluriels de Pau en 2005. Elle retrouve ponctuellement le travail d’Anna fayard et du groupe L’artha en 2010 et 2011 autour du projet Saga comme danseuse et auteur en région Midi-Pyrénnées.

En 2006, elle suit une licence en art chorégraphique au département danse de l’université de Paris VIII, puis un Master de recherche en danse sur la question du corps à corps et de l’étreinte dans le champ chorégraphique contemporain qu’elle obtient en 2009. Elle étudie l’analyse du mouvement, l’histoire de la danse, la philosophie, s’intéresse aux pratiques somatiques et techniques corporelles associées à la danse, et se forme dans cette continuité à la pratique du yoga Vinyasa. Diplômée de la Fédération française de yoga en 2011, elle prolonge aujourd’hui sa formation en yoga Iyengar.

A partir de 2009, Gaëlle Guéranger s’attèle à développer un travail plus personnel de création. Elle réalise deux vidéos chorégraphiques Gisement et La Levée présentées avec le soutien du Collectif C.O.R.P.S en 2010 au 6B, lieu de création à Saint-Denis, et au Festival de danse Transverse en 2011 à Nanterre. En 2011, elle co-fonde la Cie Clinamen, et crée en 2013 Le long de l’onde, un duo en collaboration avec Loïc Richard, coproduit par le Théâtre Les Quinconces-L’Espal au Mans.Elle s’achemine aujourd’hui vers l’élaboration du solo Tressage (titre provisoire) pour l’année 2015.