LES SPECTACLES DU CNDC EN TOURNEE

DELI COMMEDIA VARIATION

Deli Commedia © jef Rabillon

Robert Swinston propose une adaptation scénique d'une vidéodanse réalisée par Elliot Caplan en 1984. La chorégraphie est conçue comme une comédie burlesque, un clin d'oeil aux farces improvisées de la commedia dell'arte italienne du XVIIIème siècle et aux courts métrages comiques du cinéma muet. Elle comporte des gags visuels, des tangos, des lindy hop et des juxtapositions inventives de corps, d'accessoires et d'effets spéciaux.

CHOREGRAPHIE MERCE CUNNINGHAM | ADAPTATION ROBERT SWINSTON | INTERPRETATION ANNA CHIRESCU, CLAIRE SEIGLE-GOUJON, GIANNI JOSEPH, ALEXANDRE TONDOLO, ADRIEN MORNET MUSIQUE PAT RICHTER ET INTERPRETATION TRISTAN LOFFICIAL | CREATION LUMIERE AUGUSTIN SAULDUBOIS | REALISATION DES COSTUMES ANNE POUPELIN | AVEC L'AIMABLE AUTORISATION DU MERCE CUNNINGHAM TRUST

LES 8, 9, 10 et 11 SEPTEMBRE 2016 | ACCROCHE-CŒURS - ANGERS
LES 6 ET 7 DÉCEMBRE 2016 | LE QUAI - ANGERS


Lien vers le teaser

 

EVENT

Event - © Patrick André

Un Event est une séquence ininterrompue d'extraits d'oeuvres de Merce Cunningham. Chaque « event » est unique ; il est pensé pour être adapté dans l'espace particulier où il est présenté. Ce processus de création renouvelle la perception de l'espace : la perspective est abolie, tous les points de la scène ont la même valeur, tous les danseurs sont « solistes ». Le corps apparaît comme porteur d'une musicalité propre et susceptible d'être traversé par des coordinations nouvelles. Danse et musique sont indépendantes.
La chorégraphie est composée d'éléments de Deli Commedia (1986), Rebus (1975), Tread (1970), Landrover (1972), et Fractions (1978). Seront inclus des éléments chorégraphiques d'autres pièces : Numbers (1982), Squaregame (1976), Points in space (1986), Variations V (1965), Four Lifts (1990), Changing Steps (1973), et Scramble (1967). Cet « event » a été arrangé et mis en scène par Robert Swinston expressément pour le Centre national de danse contemporaine - Angers.

CHOREGRAPHIE MERCE CUNNINGHAM | ARRANGEMENT ROBERT SWINSTON | INTERPRETATION ANNA CHIRESCU, CATARINA PERNAO, GIANNI JOSEPH, ADRIEN MORNET, CLAIRE SEIGLE-GOUJON, FLORA ROGEBOZ, LUCAS VIALLEFOND
REMERCIEMENTS PARTICULIERS A JENNIFER GOGGANS POUR SA CONTRIBUTION A LA RECONSTRUCTION D'EXTRAITS DE VARIATIONS V, CHANGING STEPS, FOUR LIFTS, POINTS IN SPACE ET NUMBERS.
AVEC L'AIMABLE AUTORISATION DU MERCE CUNNINGHAM TRUST ET LE SOUTIEN DE L'ATOLL

LES 15, 16 ET 17 SEPTEMBRE 2016 | LOGIS DE LA CONSTANTINIÈRE - SOULAINES-SUR-AUBANCE | DANS LE CADRE DES JOURNÉES EUROPÉENNES DU PATRIMOINE
LES 19 ET 20 SEPTEMBRE 2016 | MUSÉE JEAN LURÇAT - ANGERS
LE 27 SEPTEMBRE 2016 | CENTRE CULTUREL DES MAZADES - TOULOUSE | DANS LE CADRE DU FESTIVAL DANSES ET CONTINENTS NOIRS
LE 4 FÉVRIER 2017 | ESPACE CULTUREL SAUGONNA - MAMERS | DANS LE CADRE DES RENCONTRES CHORÉGRAPHIQUES
LES 10 ET 11  FÉVRIER 2017 | PAVILLON NOIR - AIX EN PROVENCE
LE 19 MAI 2017 | L'ARSENAL - VAL DE REUIL (OPTION)
LE 20 JUIN 2017 | OLYMPIA - TOURS | DANS LE CADRE DU FESTIVAL TOURS D'HORIZON

 

HOW TO PASS, KICK, FALL AND RUN

How to pass, kick, fall and run | Cunningham - Swisnton

Cette chorégraphie de Merce Cunningham est construite à partir d’histoires de John Cage lues en français, d’une durée d’une minute chacune. Les histoires proviennent de la conférence de John Cage, Indeterminacy, donnée pour la première fois à Bruxelles en 1958. Plus tard, d’autres histoires seront ajoutées, provenant de divers écrits de Cage. Le spectacle est dansé sans fond de scène et les costumes – des collants et des pulls – sont choisis par les danseurs. La chorégraphie est ludique et, comme son nom l’indique, a un caractère sportif bien qu’aucun jeu particulier ne soit suggéré. La construction a été tirée au sort, mais l’ordre des séquences reste invariable.

CHOREGRAPHIE MERCE CUNNINGHAM | RECONSTRUCTION ROBERT SWINSTON | AVEC ANNA CHIRESCU, GIANNI JOSEPH, ADRIEN MORNET, CATARINA PERNAO, CLAIRE SEIGNE-GOUJON, FLORA ROGEBOZ, ALEXANDRE TONDOLO ET LUCAS VIALLEFOND | MUSIQUE GORDON MUMMA (BANDONÉON ET ORDINATEUR) DÉCOR, COSTUMES ET ÉCLAIRAGE BEVERLY EMMONS | REALISATION DES COSTUMES MICHELE AMET | REMERCIEMENTS PARTICULIERS À SANDRA NEELS ET JAMIE SCOTT POUR SA CONTRIBUTION À LA RECONSTRUCTION DE PLACE | AVEC L’AIMABLE AUTORISATION DU MERCE CUNNINGHAM TRUST

DU 4 AU 9 AVRIL 2017 | JOYCE THEATER - NEW YORK

 

LA BOITE A JOUJOUX

La Boite à Joujoux © Wilfried Thierry

Cette histoire sest passée dans une boîte à joujoux. Les boîtes à joujoux sont en effet des sortes de villes dans lesquelles les jouets vivent comme des personnes. Ou bien les villes ne sont peut-être que des boîtes à joujoux dans lesquelles les personnes vivent comme des jouets. Un soldat tombe amoureux dune Poupée qui a donné son cœur à un Polichinelle paresseux, frivole et querelleur…

C’est après avoir écouté Childrens corner que Robert Swinston découvre une autre œuvre de Claude Debussy, La Boîte à Joujoux, composée à partir de l’argument écrit et illustré par André Hellé en 1913. Robert Swinston est séduit par l’univers graphique du livret, mais aussi par les illustrations plus tardives qu’Hellé a travaillées dans un style nouveau pour l’album Histoire dune boîte à joujoux. Cette œuvre nourrit sa vision idéalisée et nostalgique de l’enfance comme celle d’un « âge heureux » et le replonge dans la sienne.

Sa création de La Boîte à Joujoux s’inspire librement des dessins d’Hellé ainsi que de la gestuelle des danseurs des Ballets suédois qui l’ont montée au début des années 1920. En décalage cependant avec l’esthétique originale, le directeur du CNDC, a choisi de créer cette pièce pour le jeune public en s’appuyant sur un jeu entre la narration et l’abstraction, portées alternativement par la partition de Debussy, la danse ainsi que l’univers graphique et onirique de la scénographie.

CHOREGRAPHIE ROBERT SWINSTON | MUSIQUE CLAUDE DEBUSSY | CONCEPTION DES COSTUMES ET DE LA SCENOGRAPHIE JEAN-PIERRE LOGERAIS, FRANÇOIS-XAVIER ALEXANDRE | CREATION LUMIERE AUGUSTIN SAULDUBOIS | CONSEILLERE ARTISTIQUE CLAIRE ROUSIER | INTERPRETATION ANNA CHIRESCU, CLAIRE SEIGLE-GOUJON, GIANNI JOSEPH, ALEXANDRE TONDOLO, ADRIEN MORNET | REALISATION DES COSTUMES MICHELLE AMET, SOPHIE DECK, FRANÇOISE ROUCOU | REALISATION DES DECORS ATELIERS DES DECORS MUNICIPAUX DE LA VILLE D'ANGERS, RESPONSABLE PIERRE LEROY

LES 6 ET 7 DÉCEMBRE 2016 | LE QUAI - ANGERS

Lien vers le teaser

Outil pédagogique - La Boîte à Joujoux, une création de Robert Swinston

Le journal de la création est disponible sur le site de La Boîte à Joujoux
Vous pourrez notamment y trouver des extraits des répétitions, des interviews des différents corps de métier ou des ressources multimédias liées à la création.

 

PAYSAGES POÉTIQUES

Paysages Poétiques - © Charlotte Audureau

Disparu en 2013, Henri Dutilleux aurait été centenaire en 2016 et sa musique n’aura jamais été aussi actuelle — en témoigne ce spectacle chorégraphique imaginé par Robert Swinston, autour de trois œuvres fondatrices du compositeur. Robert Swinston se nourrit des « paysages poétiques et les harmonies sensuelles qui se dégagent de la musique d’Henri Dutilleux ». Les atmosphères et la construction musicale des trois pièces choisies l’ont mené au mythe de Perséphone et aux nombreuses œuvres littéraires et picturales qu’il a inspirées.  Les concepts de métamorphoses et cycles de la vie sont au cœur de ce triptyque à la portée métaphysique.

CHORÉGRAPHIE ROBERT SWISNTON | MUSIQUE HENRI DUTILLEUX | ORCHESTRE NATIONAL DES PAYS DE LA LOIRE | DIRECTION PASCAL ROPHÉ | VIOLON JULIEN SZULMAN | INTERPRÈTES MARION BAUDINAUD, STÉPHANE BOURGEOIS,  ANNA CHIRESCU, NICOLAS DIGUET, GIANNI JOSEPH,  HARUKA MIYAMOTO, ADRIEN MORNET, FLORA ROGEBOZ, CLAIRE SEIGLE-GOUJON, LUCAS VIALLEFOND - CENTRE NATIONAL DE DANSE CONTEMPORAINE - ANGERS | SCÉNOGRAPHIE ET LUMIÈRES HARRIS PICOT | IMAGES VIDÉO PATRIK ANDRÉ | COSTUMES CATHERINE GARNIER

LE 24 OCTOBRE 2016 | GRANDE SALLE - PHILHARMONIE - PARIS

 

PLACE

Place | Cunningham - Swisnton

Place a quelque chose de l’ordre de l’intensité névrotique. Gordon Mumma écrira à propos de la chorégraphie : « Place évoque un drame de l’angoisse existentielle et des problèmes d’identité. Certains y ont vu un panorama clinique de la schizophrénie, l’exposé d’un syndrome dégénératif culminant dans une coupure avec le monde. Dans cette oeuvre pour huit danseurs, Cunningham propose des solos très importants ; il incarne un individu qui tente d’établir le contact avec son entourage et les éléments qui l’entourent ».

La musique de Mumma est un duo pour bandonéon et ordinateur. Beverly Emmons en conçoit l’éclairage, la scénographie et les costumes. Elle a réalisé un ensemble d’éléments scéniques (caisses en bois et journaux), éclairés en partie par des lumières posées sur la scène que Cunningham déplaçait au cours du spectacle. Les hommes sont en académiques et collants noirs, les femmes portent des tuniques en plastique.

CHOREGRAPHIE MERCE CUNNINGHAM | RECONSTRUCTION ROBERT SWINSTON | AVEC ANNA CHIRESCU, GIANNI JOSEPH, ADRIEN MORNET, CATARINA PERNAO, CLAIRE SEIGNE-GOUJON, FLORA ROGEBOZ, ALEXANDRE TONDOLO ET LUCAS VIALLEFOND | MUSIQUE GORDON MUMMA (BANDONÉON ET ORDINATEUR) DÉCOR, COSTUMES ET ÉCLAIRAGE BEVERLY EMMONS | REALISATION DES COSTUMES MICHELE AMET | REMERCIEMENTS PARTICULIERS À SANDRA NEELS ET JAMIE SCOTT POUR SA CONTRIBUTION À LA RECONSTRUCTION DE PLACE | AVEC L’AIMABLE AUTORISATION DU MERCE CUNNINGHAM TRUST

DU 4 AU 9 AVRIL 2017 | JOYCE THEATER - NEW YORK

 

 


 

LES SPECTACLES DU CNDC DISPONIBLES EN TOURNEE


CONTE COURT

Conte Court © ACCN - DR

Pour célébrer les 30 ans des Centres chorégraphiques nationaux, une représentation unique au Théâtre de Chaillot a rassemblé les propositions de plusieurs chorégraphes de renom dont Carolyn Carlson, José Montalvo, Catherine Diverrès, Jean-Claude Gallotta, Daniel Larrieu, Angelin Preljocaj et Robert Swinston.
L'intégrale de la soirée est disponible sur Arte Concert.

GESTE | CHOREGRAPHIE ROBERT SWINSTON | MUSIQUE WOLFGANG BLEY-BORKOWSKI | INTERPRETATION ANNA CHIRESCU, CLARA FRESCHEL, ALEXANDRE TONDOLO | COSTUMES MICHELLE AMET

 

FOUR WALLS DOUBLETOSS INTERLUDES

Photo de Four Walls par Arnaud Hie

Dans ce programme, l'oeuvre de John Cage Four Walls (1944) est interprétée avec Doubletoss, chorégraphie de Merce Cunningham (1993). Four Walls / Doubletoss Interludes est une fusion unique des voix de Cage et Cunningham qui a été présentée pour la première fois en mars 2012 au Baryshnikov Arts Center de New-York. Robert Swinston en assure la direction artistique et la mise en scène.
Doubletoss est la réunion de deux danses créées par Merce Cunningham à partir de procédés aléatoires. Le titre renvoie au double jeté des pièces nécessaires au tirage au sort et le concept de la chorégraphie est basé sur la dualité. La scène est séparée en deux parties par un rideau de tulle noir, ménageant ainsi deux espaces de jeux, deux dimensions. Chaque danseur dispose de deux costumes ; l'un est vêtement du quotidien, l'autre, voile transparent éthéré, évoque la dimension spirituelle.
Four Walls est une pièce pour piano avec un interlude vocal composée par John Cage en 1944. Il s'agit d'une musique de scène pour un drame dansé en deux actes et seize parties. La voix déclame, à la fin de l'acte I, un poème de Merce Cunningham.

CHOREGRAPHIE MERCE CUNNINGHAM | CHOREGRAPHIE ADAPTATION ROBERT SWINSTON | INTERPRETATION ANNA CHIRESCU, CLARA FRESCHEL, GIANNI JOSEPH, ADRIEN MORNET, CLAIRE SEIGLE-GOUJON, FLORA ROGEBOZ, ALEXANDRE TONDOLO, LUCAS VIALLEFOND | MUSIQUE JOHN CAGE | PIANO ALEXEI LUBIMOV | COSTUMES MICHELLE AMET | LUMIERES AUGUSTIN SAULDUBOIS | LA SCENOGRAPHIE ET LES COSTUMES SONT INSPIRES DE CONCEPTS ORIGINAUX DE MERCE CUNNINGHAM | AVEC L'AIMABLE AUTORISATION DU MERCE CUNNINGHAM TRUST

 

TOUJOURS FIDELE

Photo de Toujours Fidèle par Arnaud Hie

Pour chorégraphier Toujours fidèle, j'ai entrepris un parcours à la recherche de ma propre voix. Ce cheminement m'a conduit à réfléchir au passé, une histoire que j'ai tentée de me remémorer, de deviner, de reconstruire. Les souvenirs, issus pour certains de ma mémoire, et pour d'autres fantasmés, ont guidé ce passage au travers du temps.

Une quête mystérieuse d'allégorie et de célébration a également nourri mon inspiration. Le mythe grec Amour et Psyché ainsi que les images d'artistes de la Renaissance ont été une source d'inspiration pour cette création. Mais le mouvement crée ses propres métaphores et reste la source de la danse.

CHOREGRAPHIE ROBERT SWINSTON | INTERPRETATION CLARA FRESCHEL, GIANNI JOSEPH, ROBERT SWINSTON | MUSIQUE WOLFGANG BLEY-BORKOWSKI | COSTUMES MICHELLE AMET | LUMIERES AUGUSTIN SAULDUBOIS