Carole Bonneau

Quand l'un finit projet de création 2014

Carole Bonneau

 

 

Carole Bonneau - Cie Osteorock

Nous ne savons plus quoi faire de nos vieux.
Par chez nous, le corps est jeune ou n’est pas.
Le corps vieillissant est oublié, malmené, déchéant, inexistant.
On attend des vieux qu’ils ne soient plus désirant, et surtout qu’il n’aient pas peur d’en finir.

Quand l’un finit... est un projet de création chorégraphique de la Cie Osteorock.
Mettre en danse et en scène avec tendresse, sans tabous et avec bienveillance, les failles du corps vieillissant, et la difficulté de finir sa vie.
Mettre en parallèle la difficulté de mettre un point final à la création d’un spectacle avec le vertige, le gouffre que provoque la fin de sa vie.
Lumière et noir, qu’y a t’il après le noir ? Un brin de lumière en fin de tunnel ? Et ceux qu’on laisse, eux ils restent ?

 

La compagnie Osteorock, a été créée en décembre 2005 à Angers, par les danseurs et chorégraphes Carole Bonneau et Ivan Fatjo. Tous deux formés et diplômés au Centre National de Danse Contemporaine à Angers (Carole Bonneau en 1996 et Ivan Fatjo en 2003), ils se rencontrent lors de la création de la pièce « Landscape » de Nathalie Béasse en 2003 à Angers.

Ils ont tous les deux une même affinité pour la « danse-théâtre », une danse demandant un engagement de l’être dans sa globalité, à la fois physique, psychique, émotionnel, et pour tout ce qui nous relie, ils voient leur chemins artistiques se poursuivre côte à côte, en tant qu’interprètes pour les Cie Soit / Hans Van Den Broeck en Belgique et Androphyne, et en tant que chorégraphe en créant le duo L’arrangement au Vibrate Dance Festival en Irlande en 2006.

Ils créent à cette occasion la Compagnie Osteorock. Il leur fallait un cadre, une structure solide et articulée qui permettent le mouvement, les croisements, les rencontres pour découvrir, élaborer, créer et diffuser leurs travaux artistiques. En 2008, ils créent le quatuor 4HCHC à Bruxelles avec les danseurs Estelle Delcambre et Pascal MerighParallèlement, Ivan Fatjo et Pascal Merighi créent le duo Mine, accompagné de la musique du saxophoniste Akosh Szelevényi. En 2011, Ivan Fatjo et Estelle Delcambre créent un duo Madriguera avec le soutien du Centre Chorégraphique d’Orléans / Josef Nadj.

De son côté, Carole Bonneau en collaboration avec le musicien compositeur Jean-Michel Noël est désireuse d’aller à la rencontre d’autres genres, lui permettant d’affiner et enrichir son univers, et d’aller ainsi à la rencontre d’autres publics. Baignade interdite est créé en 2007, une performance pour la salle et la rue, jeune et tout public. Le petit vélo dans la tête est créé en 2010, à destination du jeune public. Les Princesses aussi ont des faims de loup créée en 2012, pièce pour deux danseuses et une chanteuse lyrique, à destination du jeune public, avec le soutien de la DRAC Pays de la Loire, la Région Pays de la Loire, le Conseil Général du Maine-et-Loire et la Ville d’Angers, et co-produit par le THV de St-Barthéléy d’Anjou, la Ville de Segré et le Festival Boule de Gomme. Ces pièces ont été diffusées : à la Biennale du Val-de-Marne/Créteil, au Festival Les Petits Pas/Danse à Lille, au Festival Seine de Danse, au Festival de l’Oh!, au Festival Marmaille à Rennes, au Festival de rue d’Aurillac, au Festival Boule de Gomme à Angers, au Spinrag KinderMuzeFestival de Courtrai, à l’Agora à Pau, au Festival Chemins de Traverses à Noisy-le-Grand, au THV de St-Barthélémy d’Anjou... Continuant les croisements, les rencontres, toujours à l’affût de ce qui relie les uns les autres, Carole rencontre l’auteur et poète Antoine Mouton, et en 2011, ils créent Un qui s’en va, un qui reste, une lecture-performance dansée, sortie du recueil du poète « Où vont ceux qui s’en vont », avec le soutien du Centre poétique de Rochefort-sur-Loire et des Editions La Dragonne.

La compagnie Osteorock, est un cadre propice aux rencontres et collaborations frottant la danse et l’engagement physique à différentes propositions artistiques et esthétiques.