L'Ecole supérieure

LES DIPLÔMES

L’Ecole supérieure de danse du CNDC délivre le Diplôme national supérieur professionnel de danseur* (DNSPD) associé à une Licence parcours Arts du spectacle/danse • Domaine : Sciences sociales et humaines, spécialité droit, économie, gestion, en partenariat avec l’Université d’Angers. C’est un cursus de deux ans dont la prochaine rentrée aura lieu en septembre 2015.


La création d'un nouveau master en chorégraphie est à l'étude. Plus d'informations à venir.


Depuis 1978, l’école du Centre national de danse contemporaine d’Angers ouverte par le chorégraphe américain Alwin Nikolais, a considérablement évolué, chaque directeur ou directrice ayant su donner sa propre orientation au projet pédagogique. Pour Robert Swinston, directeur du CNDC depuis janvier 2013, il s’agit en toute priorité de privilégier tout ce qui pourra contribuer à l’insertion professionnelle des étudiants et à la longévité de leur carrière. Les danseurs formés au CNDC seront susceptibles de travailler dans des structures diversifiées et dotés d’un excellent bagage chorégraphique ainsi que d’une indispensable capacité d’adaptation à partir desquels ils pourront continuer à évoluer tant artistiquement qu’intellectuellement.

 

LE PROGRAMME PEDAGOGIQUE DNSPD* : ORIENTATIONS GÉNÉRALES

Le programme pédagogique du CNDC conduisant au DNSPD* vise à accompagner l'élève dans la maîtrise et la compréhension fine de différentes techniques de danse moderne ainsi que des fondements de la danse contemporaine, il met l'accent sur une approche à la fois pratique, créative et théorique. Au cours des deux années du cursus, les connaissances de l'étudiant sont construites progressivement ainsi que de manière cohérente et complémentaire au travers des différentes approches proposées.

Un aspect essentiel de la pédagogie au CNDC consiste dans l’apprentissage croisé de techniques issues de la danse moderne et contemporaine. Le choix d'enseigner les fondements de la danse moderne dans une formation de danse contemporaine constitue une pierre angulaire de l’école. En effet, leur cohérence structurelle et artistique forme un très utile corpus d’étude fondé sur certains types de corps, de techniques et de styles qui vont de pair avec des courants esthétiques, des processus et des œuvres. Cette approche permet aux danseurs d’accéder à la connaissance, l’histoire et la philosophie de leur art et d’en acquérir les savoirs propres en les ayant - au travers de diverses expériences théoriques et pratiques - identifiés, analysés et éprouvés.

Interpréter des répertoires (des chorégraphies entières ou des extraits) prolonge la formation. L'étude de ce patrimoine confronte les étudiants avec un vocabulaire chorégraphique de premier ordre, les aide à acquérir une meilleure compréhension des méthodes de composition spécifiques à une période et à un artiste. Elle leur fournit aussi une réelle expérience d'interprétation. Le CNDC veille à ce que les ateliers de répertoires soient toujours enseignés par des danseurs qui ont interprété les œuvres ou par des notateurs à partir de partitions disponibles.

Cette étude conduit également à la création de nouvelles versions de la pièce en utilisant un même matériau ou en suivant des règles de composition similaires. Cette démarche autorise les étudiants à ré-éprouver, réactiver et actualiser cet héritage.

Chaque trimestre, les étudiants approfondissent un certain type de corporéité caractéristique des fondements d’une technique de danse spécifique. La formation est complétée par une initiation ponctuelle à d’autres styles. Simultanément, grâce à la pratique des techniques somatiques – Pilates, Alexander, le yoga – et de l’analyse fonctionnelle du corps dans le mouvement dansé (AFCMD), ils apprennent à gérer les risques liés à une pratique professionnelle de la danse ce qui contribue en partie à la longévité de leurs carrières.

Les cours théoriques dispensés au sein de l’école, s’ils déroulent leur propre logique dans les domaines de la théorie de la danse, de la formation musicale et de l’AFCMD, s’appuient également sur les différents focus proposés pour les nourrir d’autres apports grâce à des analyses d’œuvres musicales, chorégraphiques et fonctionnelles.

Les ateliers d’improvisation et de composition proposent de nombreuses voies pour organiser le matériel chorégraphique étudié, le structurer, le transformer. Le danseur étudiant acquiert ainsi à partir d’une base ou d’un « modèle » une autonomie progressive qui lui permet de concevoir librement des morceaux personnels selon ses aspirations. Les travaux individuels des étudiants sont essentiels dans les ateliers. Les danseurs doivent être en capacité de proposer une interprétation originale du matériel qu’ils travaillent et disposent de nombreuses opportunités pour développer leurs projets dans les locaux du CNDC.

Les chorégraphes invités, programmés ou en résidence procurent aux étudiants l’occasion de découvrir des démarches de création contemporaine dans des esthétiques très variées. Ces artistes sont régulièrement sollicités pour donner des cours ou des ateliers à l’Ecole. Le focus posé sur la corporéité spécifique de chaque technique moderne étudiée se prolonge au sein de ces différentes interventions. On s’appuiera notamment sur l’AFCMD ainsi que sur l’histoire et la théorie de la danse pour identifier les sources des schèmes moteurs, des hybridations et transformations dont chaque œuvre actuelle garde les traces.

La pratique vocale prolonge le travail corporel développé durant le cursus. Elle s'appuiera sur l’étude du chant et des ateliers de théâtre mis en place avec le NTA (Nouveau Théâtre d’Angers, Centre dramatique national Pays de la Loire, Théâtre Le Quai).

Les présentations du travail des étudiants au public sont nombreuses : classes ouvertes, interprétations de répertoire, créations, présentations de travaux d’étudiants.

L’appréhension de l'environnement socioprofessionnel des artistes chorégraphiques tel que décrite dans le référentiel d’activité professionnelle du danseur fera l’objet d’une attention particulière. Il s’agit d’aider les étudiants à construire leur parcours professionnel - notamment en les informant de l’environnement socioprofessionnel de leur métier -, de les préparer à être non seulement des artistes mais aussi des acteurs de la danse en mesure de s’inscrire professionnellement dans leur environnement. Cet aspect de la formation vise aussi à les aider en cas de reconversion choisie ou subie. Cette partie des études sera portée conjointement par le CNDC et l’Université d’Angers dans le cadre de la licence.

Enfin, chaque élève de l’Ecole bénéficie d’un suivi individualisé ce qui lui permet une bonne assimilation des contenus de formation et garantit pour eux une intégration harmonieuse au sein de l’Ecole.